LES TRANSITIONS DANS LA VIE : EXEMPLE DU MILIEU DES AGES

L’être humain, depuis le premier jour de sa vie jusqu’à la fin de celle-ci, est appelé à faire des transitions. Ces transitions sont d’ordre physique, psychologique, relationnel, professionnel et spirituel. Les transitions dans la vie s’imposent. Si elles ne sont faites de façons conscientes et bien, l’être humain s’expose à la mort aussi bien physique que spirituelle.
Dans ce module, parmi toutes les transitions de la vie, l’exemple a été pris sur celle du milieu des âges. Une précision est nécessaire : il n’est pas obligatoire, ni inévitable de faire une crise dans le milieu de la vie. L’on peut passer le milieu de la vie, sans vivre le « démon du midi ou la crise de la quarantaine… », mais non sans faire des transitions.
Dans les transitions de la vie, quatre défis à relever surviennent : la solitude, la mortalité, le non-sens de la vie et la liberté/responsabilité.
Solitude
Elle est une condition de la vie à laquelle nous devons faire face. Vivre la solitude n’est pas aisé, mais il est salvifique. Lorsque la solitude n’est pas intégrée, il survient des déviations telles que vivre dans les autres, faires des projections, des transferts, des déplacements menant à des relations malsaines, la baisse de l’estime de soi.
Par contre lorsque la solitude est prise en compte, l’on prend conscience de son statut D’ETRE UNIQUE, de patrimoine mondial. La solitude bien vécue renforce l’estime de soi et mène à des relations importantes, au partage du meilleur de soi. C’est dans le vécu de la solitude que l’on descend dans sa chambre intérieure, lieu de la marque indélébile de DIEU. C’est la chambre intérieure qui dirige et gouverne la vie.

Mortalité
L’être humain est mortel. La mort vient avec ses amis que nous appelons, le vieillissement, la maladie, l’impuissance … Face à cette réalité, il est appelé à prendre conscience de son impuissance, à porter sa croix, à prendre soins de sa santé et à penser à sa mort. Cela demande de faire un résumé de l’essentiel de sa vie (parler de sa mort, apprécier la vie/la santé, garder en bon état ce qu’on a encore).
Dans cet état de mortalité, l’être humain se trouve face à des situations dont il doit faire le deuil et pour vire le deuil il est important de dire la chose qui fait l’objet du deuil, et dire ce que l’on ressent.

Non-sens de la vie

Dans les transitions comme le milieu des âges, l’être humain se pose des questions existentielles. A quoi sert ma vie ? Il est important de déterminer et de donner le sens de sa vie. Cette démarche n’est possible qu’en faisant une évaluation de sa vie. Dans cette évaluation, il est utile de donner un sens positif à sa vie. « Celui qui a un POURQUOI, a un but et peut vivre avec n’importe quel COMMENT » Victor Frankl

Liberté et responsabilité

L’être humain est appelé à prendre conscience de sa capacité de faire ce qu’il faut pour réaliser ses potentialités. Les transitions de la vie mettent l’être humain face à des choix. Il ne s’agit pas seulement de faire des choix, mais il faut prendre la responsabilité des ses choix. Cette façon de faire permet d’arrêter de blâmer les autres.

Nous sommes invités à accueillir les transitions dans notre vie comme des opportunités pour grandir. Chaque transition c’est un pont pour plus de vie vers la croissance et la plénitude.

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *